Etape 06: De Bienne Altstadt au Landeron

Balade dans les beaux vignobles du Lac de Bienne

 

Selon SchweizMobil, on quitte la Via Jura 80 à Bienne, et depuis Bienne, on suit en fait le “Chemin des Trois-Lacs “ incluant les lacs de Bienne, Morat et Neuchâtel. Pour des raisons de simplification, on continuera de nommer les voies qui rejoignent la Via Jacobi 4 à Moudon, le Chemin de Compostelle principal en Suisse, de Via Jura, car en fait, on passe dans la plaine, au pied du Jura. Aujourd’hui, c’est une magnifique étape, aisée, au milieu des bois et du vignoble du Lac de Bienne. Ici devait passer jadis un “chemin pèlerin“, mentionné depuis le XIV ème siècle, qui devait relier l’Alsace et l’Allemagne à Saint-Jacques de Compostelle, en passant plus loin par Payerne. On a trouvé ici une coquille datant du Moyen-âge.

Il est de lieux de magie. Celui-ci ne fait pas exception. Des vignobles qui plongent dans la mer, on en trouve en Nouvelle-Zélande. Ici, on plonge dans un lac, mais c’est le même frisson. L’Unesco a souvent célébré de tels sites. En Europe ils ne sont pas légion. Il y a le vignoble de la Moselle et en Suisse, le vignoble de Lavaux au-dessus du Léman. Celui-ci fait devrait aussi faire partie de la catégorie. Il est encore plus pur que les autres. Aucune maison ne vient troubler sa sérénité. Cela tient beaucoup aux bernois, de fervents gardiens du patrimoine intégral. Des dossiers ont été déposés à L’Unesco pour classer des monuments et des tronçons de cette étape. Mais quel que sera le sort de ces démarches, une grande partie des vignobles, ainsi que l’Île St Pierre sont considérés comme des paysages d‘importance nationale.

 

 

 Les dénivelés aujourd’hui (+334 mètres/-339 mètres) sont faibles, et il n’y a aucune difficulté particulière à signaler. Évidemment, le parcours n’est pas plat et il monte et descend toute la journée, mais de manière si raisonnable.

Hélas, aujourd’hui, c’est surtout sur du goudron qu’il faudra marcher:

Goudron: 15.3 km
Chemins: 3.4 km

Pour vous aider à reconnaître les arbres, reportez-vous au petit résumé de botanique en introduction générale du chemin (dans le menu sous Articles récents).

Nous avons divisé le parcours en plusieurs tronçons, pour en faciliter la visibilité. Pour chaque tronçon, les cartes donnent le parcours, les pentes trouvées sur le parcours, et l’état des chemins.

Il est très délicat de préciser avec sécurité l’inclinaison des pentes, quelle que soit le système que vous utilisez. Les montres GPS, qu’elles mesurent la pression barométrique ou l’altimétrie, ne sont guère plus convaincantes que les estimations basées à partir des profils cartographiés.  Il existe sur Internet une demi-douzaine de sites qui permettent d’estimer des dénivelés à partir de cartes. Comme ces logiciels reposent sur une approximation et une moyenne autour du point recherché, il peut y avoir de grandes variations d’un logiciel à l’autre, en fonction de l’état des lieux ou de la variation entre deux points (par exemple un trou suivi d’une bosse très proche). En voulez-vous un exemple ? Sur le GR36 qui longe la côte bretonne, l’altitude n’est que rarement supérieure à 50 mètres au-dessus de la mer. Mais, le chemin ne fait que monter et descendre. Pour un parcours d’une vingtaine de kilomètres, un logiciel vous donnera 800 mètres de dénivelé positif, un autre 300 mètres. Qui dit vrai ? Pour avoir fait plusieurs fois le parcours, mais jambes me disent que le dénivelé est plus proche de 800 mètres ! Alors comment procéder ? On peut s’appuyer sur les logiciels, mais, il faut être prudent, faire des moyennes, ne pas tenir compte des pentes données, mais seulement des altitudes. A partir de là, ce n’est que de la simple mathématique pour déduire les inclinaisons, en tenant compte de l’altitude et de la distance. C’est cette manière de faire qui a été utilisée dans ce site. D’ailleurs, rétrospectivement, quand on fait « en vrai » le parcours estimé sur cartographie, on constate que cette manière de faire est assez proche de la vérité du terrain.

Les logements sur le parcours sont signalés dans donner de détails. Vous trouverez plus de détails sur les logements en fin de parcours. Les parcours ont été dessinés sur la plateforme « Wikilocs ». Aujourd’hui, il n’est même plus nécessaire de se balader avec des plans détaillés dans la poche ou dans le sac. Si vous êtes équipé d’un téléphone mobile ou d’une tablette, vous pouvez aisément suivre les trajets en direct. Pour ce parcours, voici le lien:

 

https://fr.wikiloc.com/itineraires-randonnee/de-bienne-altstadt-au-landeron-par-la-via-jura-34826894

 

Cliquez ici pour commencer l’étape sur le premier tronçon. Avant

Si le parcours ne vous intéresse pas, mais que vous voulez trouver le détail des logements présents sur le parcours, Vous pouvez le faire ici.

Cliquez ici pour la liste des logements. Avant