Etape 01: De Bâle à Laufen

De la ville à la montagne, en passant par les belles berges de la Birse

 

Aujourd’hui, nous n’irons pas visiter la belle ville de Bâle, son centre historique, à cheval sur le Rhin, une vielle ville avec de belles maisons classées et répertoriées, et ses petites venelles. Pour ceux qui ne connaîtraient pas Bâle, un petit résumé du centre-ville se trouve dans une autre étape dans ce site site (“ De Bâle à Ferette “, dans la rubrique “ Chemins menant de Suisse au Puy-en-Velay“). Nous n’irons pas non plus visiter les nombreux musées de la ville (une quarantaine, dont le célèbre Kunstmuseum, un des grands musées de la planète, qui a refait peau neuve ces dernières années), passer une après-midi au zoo en pleine ville, goûter aux célèbres “Läckerli“, de petits biscuits au miel. Il faudrait aussi passer à Bâle à Carnaval, le lundi suivant le mercredi des Cendres, quand résonnent les cliques qui s’ébranlent à la lueur des lampions.

Le parcours aujourd’hui file plein sud, traversant le canton de Bâle, divisé en deux depuis 1833, suite à des conflits incessants entre la ville et la campagne.  Le parcours frôle aussi le canton de Soleure, un canton géographiquement très complexe, comme une sorte de monstre à plusieurs pattes, s’insinuant dans les cantons voisins. Car, ici, rien n’est simple. Historiquement, ce sont les perpétuels confits qui ont créé durant des siècles les brouilles entre protestants et catholiques. Il y a des enclaves partout. Seul un suisse peur reconnaître ses petits, et encore! Mais, la grande partie du parcours se déroule dans le canton de Bâle-Campagne (Baselland). 

 

Wikipedia

Aujourd’hui, nous ne ferons que transiter par les quartiers sud-est de la ville, qui s’étendent de la gare vers les autoroutes de contournement de la ville, puis vers le Parc St Jakob, le haut lieu des réjouissances sportives bâloises.  A partir de là, le parcours quitte la ville à proprement parler, se baladant des kilomètres durant sur les berges de la Birse, une rivière qui coule, le plus souvent sous les petits feuillus, qui forment une allée verte des deux côtés de la rivière.  La fraîcheur règne sous le feuillage. Et les humains ici? Quasi absents, comme dissous dans cette nature. Car le chemin évite consciencieusement les villes, se blottit tout près de l’eau, car les monstres en béton sont bien là, tout autour, avides d’avaler aussi le fleuve. Car le Grand Bâle, qui remonte la rivière, va bien jusqu’à Aesch, là où l’autoroute bruyante termine sa course.

Puis soudain changement total de programme. A Aesch, la vallée de la Birse se resserre nettement, entre les falaises.  Dès lors, où pensez-vous que les organisateurs de la Via Jacobi font-ils passer le chemin? Sagement, entre la rivière et la route. Que nenni!  Il y a de beaux chemins en forêt sur la montagne.  Alors, départ pour les “alpages“. Nous retrouverons la rivière en fin d’étape, à Laufen.

Le  trajet se partage entre ville, forêts et campagne, sur des dénivelés relativement conséquents, mais très supportables pour une longue étape (+467 mètres/-392 mètres). Mais enfin tout est relatif, car ces dénivelés ne s’appliquent qu’à la deuxième moitié de l’étape, la première moitié ne s’élevant que d’une cinquantaine de mètres. C’est donc une étape assez difficile, comme le seront toutes les étapes du Jura suisse. Il y a deux belles bosses: celle qui mène au château de Pfeffingen, mais surtout la deuxième, celle qui va au col de Blattepass. Par la suite, le parcours est presque sans difficulté, si ce n’est une “terrible“ mais courte descente sur Zwingen.

 

C’est une étape bénie pour les marcheurs, avec un trajet majoritairement sur des chemins.  

Goudron: 8.9 km
Chemins: 21.2 km.

Pour vous aider à reconnaître les arbres, reportez-vous au petit résumé de botanique en introduction générale du chemin (dans le menu sous Articles récents).

Nous avons divisé le parcours en plusieurs tronçons, pour en faciliter la visibilité. Pour chaque tronçon, les cartes donnent le parcours, les pentes trouvées sur le parcours, et l’état des chemins.

Il est très délicat de préciser avec sécurité l’inclinaison des pentes, quelle que soit le système que vous utilisez. Les montres GPS, qu’elles mesurent la pression barométrique ou l’altimétrie, ne sont guère plus convaincantes que les estimations basées à partir des profils cartographiés.  Il existe sur Internet une demi-douzaine de sites qui permettent d’estimer des dénivelés à partir de cartes. Comme ces logiciels reposent sur une approximation et une moyenne autour du point recherché, il peut y avoir de grandes variations d’un logiciel à l’autre, en fonction de l’état des lieux ou de la variation entre deux points (par exemple un trou suivi d’une bosse très proche). En voulez-vous un exemple ? Sur le GR36 qui longe la côte bretonne, l’altitude n’est que rarement supérieure à 50 mètres au-dessus de la mer. Mais, le chemin ne fait que monter et descendre. Pour un parcours d’une vingtaine de kilomètres, un logiciel vous donnera 800 mètres de dénivelé positif, un autre 300 mètres. Qui dit vrai ? Pour avoir fait plusieurs fois le parcours, mais jambes me disent que le dénivelé est plus proche de 800 mètres ! Alors comment procéder ? On peut s’appuyer sur les logiciels, mais, il faut être prudent, faire des moyennes, ne pas tenir compte des pentes données, mais seulement des altitudes. A partir de là, ce n’est que de la simple mathématique pour déduire les inclinaisons, en tenant compte de l’altitude et de la distance. C’est cette manière de faire qui a été utilisée dans ce site. D’ailleurs, rétrospectivement, quand on fait « en vrai » le parcours estimé sur cartographie, on constate que cette manière de faire est assez proche de la vérité du terrain.

Les logements sur le parcours sont signalés dans donner de détails. Vous trouverez plus de détails sur les logements en fin de parcours. Les parcours ont été dessinés sur la plateforme « Wikilocs ». Aujourd’hui, il n’est même plus nécessaire de se balader avec des plans détaillés dans la poche ou dans le sac. Si vous êtes équipé d’un téléphone mobile ou d’une tablette, vous pouvez aisément suivre les trajets en direct. Pour ce parcours, voici le lien:

 

https://fr.wikiloc.com/itineraires-randonnee/de-bale-centre-a-laufen-par-la-via-jura-34642362

 

Cliquez ici pour commencer l’étape sur le premier tronçon. Avant

Si le parcours ne vous intéresse pas, mais que vous voulez trouver le détail des logements présents sur le parcours, Vous pouvez le faire ici.

Cliquez ici pour la liste des logements. Avant