Etape 5: De Rolle à Coppet

Hélas, aujourd’hui, le lac est inaccessible 

 

Le lac doit rester accessible à tous. Le grand public croit naïvement qu’il existe une loi pour ce genre d’affaires. Eh bien non ! Alors que dit la loi, celle sur le marchepied de 1926. Elle dit expressément : « Sur tous les fonds riverains du lac Léman, des lacs de Neuchâtel et de Morat, des lacs de Joux et Brenet, et du lac de Bret, il doit être laissé, le long de la rive et sur une largeur de 2 mètres, un espace libre de toute construction ou autre obstacle à la circulation, pour le halage des barques et bateaux, le passage ou marchepied des bateliers et de leurs aides, soit pour tous autres besoins de la navigation ainsi que pour ceux de la pêche. Mais la loi ne s’applique qu’en faveur des bateliers et des pêcheurs, car les propriétaires des fonds riverains qui sont grevés de cette restriction peuvent s’opposer à ce que d’autres personnes en fassent usage et s’introduisent sur leurs propriétés, si elles ne sont pas autorisées par la loi.

Car le grand public confond « marchepied » et « cheminement ». Or, il n’y a pas de loi sur le cheminement, en d’autres termes sur le droit de passage des piétons au bord du lac. En d’autres termes, le droit de marchepied ne donne pas un droit d’accès au public sur les parcelles privées. Le cheminement riverain, lui, doit être réalisé par la création de servitudes de passage public. Et ce fait est le domaine des communes et des édiles. Ainsi, de Lausanne à Rolle, les commues généreuses ont offert un accès étendu aux bateliers, aux pêcheurs et aux marcheurs. De Rolle à Genève, les communes ont plutôt favorisé l’expansion des riches et de leurs propriétés, source bienvenue de gros impôts, limitant au maximum l’accès public au lac.

Tout cela pour vous dire qu’aujourd’hui vous verrez le lac depuis les hauteurs. Bien évidemment, tout le monde comprend qu’il n’est pas question de paver des chemins couverts de roses aux pèlerins. Il y a d’abord des réalités économiques et géopolitiques. Mais les nombreux randonneurs du week-end ne sont pas loin de penser comme nous…

 

 

 

Les dénivelés (+252 mètres/-221 mètres) sont encore aujourd’hui dérisoires. Allez ! Disons que c’est plat, presque tout plat.

Les cartes de navigation vous donnent les pentes moyennes mesurées sur le tronçon ainsi que les pentes cumulées, positives et négatives, depuis le début de l’étape.Malheureusement, car il y a toujours un peu d’ombre dans

Ce sera, hélas, une journée presque complète sur le goudron. Que voulez-vous ? C’est un bassin de population assez dense:

  • Goudron: 21.9 km
  • Chemins: 6.1 km

Dans ce guide, le trajet est divisé en petites sections. Pour chacune, vous aurez de l’information sur les dénivelés, les types de chemins ou de routes rencontrés, ou sur les logements.

Si votre intérêt est dirigé vers le tracé, les dénivelés, les types de chemins ou de routes rencontrés, cliquez sur:

Cliquez ici pour Etape 5: Parcours Avant

Si vous préférez trouver des renseignements sur les logements, alors ouvrez:

 

Cliquez ici pour Etape 5: Logements Avant