Etape 08: De Sachseln au col du Brünig

Le Brünig, le seul col de basse altitude du chemin de Compostelle

 

Le col du Brünig est un passage obligé pour le touriste lorsqu’il entend passer de Lucerne dans l’Oberland bernois, dans la région des 4’000 m des Alpes bernoises groupés sur les hauteurs d’Interlaken. Malgré sa faible altitude, la route du col présente des virages qui font le délice des motards et des vététistes. Une ligne de chemin de fer à crémaillère à voie étroite mène au col l’armée des touristes asiatiques qui transitent ici de Lucerne à Interlaken. Les trains circulent ici depuis 1888.

Evidemment, le pèlerin suit un itinéraire différent, mais le train ne le lâche jamais. Depuis Sachseln, il longe longuement la ligne de chemin de fer, la quitte du coin de l’oeil pour passer la rampe de Kaisersthul. Là, à la différence du train, le pèlerin passe de l’autre côté de l’extraordinaire lac de Lungern et de ses eaux vert émeraude. Mais à Lungern, le pèlerin retrouve le train. Si vous voulez éviter la montée à pied du col, prenez le train. Il monte au col en moins de 10 minutes. A pied, il vous faudra plus de temps et plus de sueur. Mais, vous raterez le plaisir d’une montée sportive, ondulée de falaises. Vous pouvez y prier aussi en suivant le chemin de croix. La montée est magnifique.



Les dénivelés sont importants pour une si courte étape (+701 mètres/-206 mètres). C’est une étape assez difficile, il faut tout de même passer un col, même si ce n’est pas le col le plus élevé des Alpes. Loin de là ! Si la première partie du parcours est une balade à pied au bord du lac de Sarnen jusqu’à Giswil, à partir de là, une première bosse sérieuse vous attend. Il faut passer au lac supérieur de Lungern, à Kaiserstuhl. Ici, la pente est aussi sévère que plus haut vers le col. La promenade au bord de ce magnifique lac est sans problème. Mais à Lungern, commence la montée du col, avec parfois (mais rarement) des pentes supérieures à 25%.

Dans cette étape, les parcours sur les chemins dépassent les parcours sur les routes:

Goudron: 6.1 km
Chemins: 13.4 km

Pour vous aider à reconnaître les arbres, reportez-vous au petit résumé de botanique en introduction générale du chemin (dans le menu sous Articles récents).

Nous avons divisé le parcours en plusieurs tronçons, pour en faciliter la visibilité. Pour chaque tronçon, les cartes donnent le parcours, les pentes trouvées sur le parcours, et l’état des chemins.

Il est très délicat de préciser avec sécurité l’inclinaison des pentes, quelle que soit le système que vous utilisez. Les montres GPS, qu’elles mesurent la pression barométrique ou l’altimétrie, ne sont guère plus convaincantes que les estimations basées à partir des profils cartographiés.  Il existe sur Internet une demi-douzaine de sites qui permettent d’estimer des dénivelés à partir de cartes. Comme ces logiciels reposent sur une approximation et une moyenne autour du point recherché, il peut y avoir de grandes variations d’un logiciel à l’autre, en fonction de l’état des lieux ou de la variation entre deux points (par exemple un trou suivi d’une bosse très proche). En voulez-vous un exemple ? Sur le GR36 qui longe la côte bretonne, l’altitude n’est que rarement supérieure à 50 mètres au-dessus de la mer. Mais, le chemin ne fait que monter et descendre. Pour un parcours d’une vingtaine de kilomètres, un logiciel vous donnera 800 mètres de dénivelé positif, un autre 300 mètres. Qui dit vrai ? Pour avoir fait plusieurs fois le parcours, mais jambes me disent que le dénivelé est plus proche de 800 mètres ! Alors comment procéder ? On peut s’appuyer sur les logiciels, mais, il faut être prudent, faire des moyennes, ne pas tenir compte des pentes données, mais seulement des altitudes. A partir de là, ce n’est que de la simple mathématique pour déduire les inclinaisons, en tenant compte de l’altitude et de la distance. C’est cette manière de faire qui a été utilisée dans ce site. D’ailleurs, rétrospectivement, quand on fait « en vrai » le parcours estimé sur cartographie, on constate que cette manière de faire est assez proche de la vérité du terrain.

Les logements sur le parcours sont signalés dans donner de détails. Vous trouverez plus de détails sur les logements en fin de parcours. Les parcours ont été dessinés sur la plateforme « Wikilocs ». Aujourd’hui, il n’est même plus nécessaire de se balader avec des plans détaillés dans la poche ou dans le sac. Si vous êtes équipé d’un téléphone mobile ou d’une tablette, vous pouvez aisément suivre les trajets en direct. Pour ce parcours, voici le lien:

 

https://fr.wikiloc.com/itineraires-randonnee/de-sachsen-au-col-du-brunig-par-la-via-jacobi-4-32135267

 

Cliquez ici pour commencer l’étape sur le premier tronçon. Avant

Si le parcours ne vous intéresse pas, mais que vous voulez trouver le détail des logements présents sur le parcours, Vous pouvez le faire ici.

Cliquez ici pour la liste des logements. Avant